La Légende

CerisierDans la cour du miracle, la légende du cerisier

Noël 1715

Il fait bien froid…  La mère Catherine IMBERT hésite, prend son mantelet et se faufilant dans la rue, va frapper à la porte du père de MONTFORT, missionnaire apostolique, arrivé depuis quelques jours, à l’appel du curé Jean GARET, en la vieille cité de VOUVANT.  Elle est inquiète la mére Catherine, on le dit tellement bizarre ce père de MONTFORT à qui VOUVANT fit un si pénible accueil.  Mais que ne ferait pas une grand-mère pour son petit-fils malade.
Elle explique….  L’homme de Dieu la suit.

A la nuit tombante il arrive près du lit où l’enfant repose, les yeux brillants de fièvre.  Il reconnaît alors, l’un des gamins qui l’accueillit à coup de pierres.  Son visage austère s’éclaire et sourit…

- Que veux tu mon petit?
- Je ne sais pas
- Voyons tu ne désires pas quelque chose ?

Le petit malade hésite puis :

- Oh oui!  Je voudrais bien manger des cerises.

Alors sans se désemparer, le père de MONTFORT demande :

- Mère IMBERT avez-vous un cerisier ?
- Qui répond celle-ci, dans la cour, tout près.
- Et bien, allez et cueillez-moi des cerises
- Des cerises en décembre ?

Emue elle prend quand même son panier tout en pensant : “Il a bien comme on le dit le cerveau dérangé”.  Elle sort et retourne aussitôt :

- Mon père, des cerises point, mais il y a des feuilles
- Allez Catherine vous dis-je

Elle repartit et revint tenant sa bourriche toute pleine de beaux fruits rouges.
L’enfant en mangea et fut guére…
Mére IMBERT dormit mal.  Demain pensait-elle, quelle fortune à faire sur le marché de FONTENAY LE COMTE. Elle courut à l’aube…
Le cerisier était couvert de neige

Depuis lors ce lieu est appelé la Cour du Miracle